Le fondateur

L’histoire récente de la Principauté d’Andorre a été marquée par la profondeur des transformations institutionnelles, économiques et sociales qui ont modifié substantiellement les règles de cohabitation de la communauté andorrane. Ce qui était, il y a quelques décennies encore, un petit pays d’économie rurale et de subsistance, est devenu, en cette fin de millénaire, un petit État de droit qui, tout en conservant le meilleur de son identité traditionnelle, a su s’ouvrir prudemment à la complexité du monde actuel et est parvenu à être reconnu et homologué par la communauté internationale.

Ce processus fut lent, non exempt de contradictions et de difficultés. Et pour le faire pleinement viable, il a fallu les efforts et le dévouement de plusieurs générations d’andorrans, des générations qui préparèrent le terrain pour consolider progressivement un projet à la fois moderne et intégrateur qui réunirait, dans de nouvelles règles, les pactes centenaires que nous avaient légués nos ancêtres.

Parmi les notables qui ont travaillé en faveur du progrès et de la modernisation de la Principauté, Julià Reig fut l’un des protagonistes distingués, aussi bien comme entrepreneur homme d’affaires et banquier, que depuis sa condition d’homme politique illustre au service de son pays. Beaucoup des objectifs que nous avons atteints aujourd’hui trouvent leur origine dans cet esprit innovateur qui marqua la vie politique et entrepreneuriale de Julià Reig, avec son inséparable frère, collaborateur et ami, Serafí Reig Ribó.

Nous tous qui avons reçu les fruits de son legs, sommes restés sensibles à l’esprit d’ouverture et de progrès qui présidait sa manière de procéder. Et l’une de ces manifestations est la constitution d’une fondation qui, sans but lucratif, fomente et soutienne des initiatives nées de la société civile andorrane et susceptibles d’exercer une incidence réelle sur l’ouverture et le progrès effectif de la Principauté.

Òscar Ribas Reig,
Président, janvier 1999

signatura

JULIÀ REIG RIBÓ

Né le 5 décembre 1911 à la ville de Sant Julià de Lòria, Julià Reig Ribó (1911–1996) fut Conseller General (parlementaire) des Vallées d’Andorre de 1948 à 1959 et élu Síndic General (Président du Parlement), poste qu’il occupa tout d’abord de 1960 à 1966, puis de 1966 à 1978. Durant son mandat, il promut la création de la Sécurité Sociale (1966) et l’ouverture du pays sur l’extérieur. Il fut également à l’origine de toute une série de réformes, parmi lesquelles il convient de souligner le décret des Coprinces (1981) qui, quelques années plus tard, déboucherait sur la première Constitution de la Principauté d’Andorre (1993).

Dans le domaine industriel il dirigea l’entreprise familiale Tabacs Reig, que son grand-père Rafael Reig Sans avait créée en 1880 et, en 1956, il fonda Banca Reig dont il fut le président jusqu’à sa mort, en 1996.

La Fundació Julià Reig fut ainsi baptisée en honneur de Julià Reig Ribó. Une fondation est un patrimoine assigné à une finalité et il s’agit, généralement et comme dans le cas présent, d’une œuvre et d’argent que les patrons donnent, d’une manière désintéressée, à une cause ou pour un objectif d’intérêt général. Constituer et doter de moyens une fondation comme celle-ci, fait partie de ce que Julià Reig Ribó entendait comme « l’intégration d’un homme d’affaires dans la communauté et la société au sein desquelles il développe son activité ». C’est ainsi que l’ont également compris ses successeurs et c’est avec ce même esprit qu’ils entendent régir leur activité, celle d’être entrepreneurs aussi dans des actions d’intérêt général.